PROJET DE LOI 20, GMF ET SUPERCLINIQUES

Chers collègues,

Je vous écris ces quelques mots pour faire le point sur trois dossiers : le projet de loi 20, le nouveau cadre de gestion des groupes de médecine de famille (GMF) et le projet de supercliniques du gouvernement.

 

Projet de loi 20

Tout le monde a encore pu constater au cours des deux dernières semaines le niveau de discussion regrettable du ministre Barrette et la faiblesse de ses arguments dans sa campagne de désinformation et de dénigrement sur le travail des médecins de famille au Québec. À ce chapitre, il se renouvelle constamment et met la barre toujours plus haute ! Après qu’il fut démontré qu’il manipulait les chiffres pour leur faire dire des choses inexactes et qu’il eut candidement avoué avoir incité ses collègues spécialistes à mentir lorsqu’il était président de la FMSQ, voilà qu’il s’est piégé lui-même en étalant au grand public sa méconnaissance profonde de la médecine familiale. L’ancien président de la FMSQ s’est en effet couvert de ridicule auprès de la profession médicale en affirmant que dorénavant « il retirerait des actes comme le "Pap test" aux médecins pour les donner aux infirmières afin d’économiser des coûts puisque payer une infirmière coûte quatre fois moins cher ». Wow ! C’était sa nouvelle trouvaille pour révolutionner notre système de santé, jusqu’au moment où il a appris que les médecins de famille ne facturaient pas ce test qui s’effectuait naturellement pendant un examen gynécologique ! Dans un tel contexte, demander aux femmes de rencontrer deux professionnels et de se mettre à nu à deux occasions, et payer une infirmière pour faire ce que les médecins de famille font sans être rémunérés, c’est vraiment une excellente idée, tous en conviendront… Quel visionnaire ce Gaétan Barrette ! Cet exemple ne fait qu’illustrer à qui nous avons affaire : un politicien professionnel sans rigueur particulière, qui a de nombreux préjugés, qui manie bien l’insulte et qui est surtout prêt à dire n’importe quoi pour tenter d’avancer un pion. Vous ne serez pas surpris d'apprendre qu’aucune discussion n’a eu lieu avec le gouvernement au sujet du projet de loi et que le retrait de ce dernier demeure la seule option envisageable à nos yeux.

De notre côté, nous continuerons à défendre vigoureusement l’intégrité et le travail des médecins omnipraticiens au cours des semaines à venir. Nous tenterons aussi de corriger les faussetés trop souvent répandues dans la sphère publique à propos de nous. Et nous serons de plus en plus présents dans les médias pour faire entendre notre point de vue, oui, mais surtout pour prévenir le grand public des menaces que le projet de loi 20 laisse planer sur la qualité des soins offerts et sur notre système de santé en général. De votre côté, je vous incite à continuer à parler des dangers du projet de loi avec vos patients, à signer et à transmettre la lettre type à votre député et à consulter la section de notre site Web consacrée au projet de loi 20.

Groupes de médecine de famille (GMF)

Nous discutons toujours avec les interlocuteurs du gouvernement (l’équipe du sous-ministre adjoint responsable) au MSSS au sujet de la mise en oeuvre d’un nouveau cadre de gestion des GMF. Le ton des échanges est cordial, et nous avons espoir d’en arriver finalement à une entente acceptable. Évidemment, comme dans toute négociation, on ne peut rien tenir pour acquis. Il nous reste du travail à faire, mais j’ai un espoir légitime qu’une conclusion satisfaisante pour les médecins et le gouvernement puisse survenir dans ce dossier prochainement. Espérons simplement que le politique ne viendra pas gâcher le travail de l’appareil administratif du MSSS et de la FMOQ dans ce dossier.

Supercliniques

Beaucoup d’entre vous se sont questionnés lorsque Gaétan Barrette a ressorti publiquement l’engagement libéral de mettre sur pied des « supercliniques » au cours de l'année. Il faut savoir que la FMOQ l’avait interpellé publiquement à ce sujet la semaine précédente dans les pages du quotidien Le Soleil ! D’abord, il est important de préciser que si ces supercliniques voient le jour, une bonne partie d'entre elles auront comme base des cliniques-réseau et des GMF actuellement en service. Il faut ajouter que les supercliniques libérales constituent pratiquement un copier-coller des unités d’accès populationnelles (UAP) dont nous faisions la promotion à l’automne 2013(http://www.fmoq.org/Lists/FMOQDocumentLibrary/fr/Presse/Dossiers/2013-10-29_accessibilite/Rapport_acessibilite_.pdf). J’ajouterais cependant que, lorsque nous avons imaginé ces unités, le projet de loi 20 était loin d’avoir vu le jour et que nous avons mis ce projet sur la table pour améliorer l’accès à un médecin de famille et pour améliorer l’environnement de pratique des médecins (soutien professionnel, corridors de service, etc.). Les mêmes motivations nous habitent toujours et, surtout, n’y voyez pas un quelconque compromis associé au projet de loi 20. Il y a donc, oui, des discussions préliminaires en cours avec le gouvernement (pas le volet politique, seulement le volet administratif) au sujet de la création de telles cliniques. Il est clair, dans notre esprit, qu’on est dans une optique où les médecins de famille demeurent les chefs d’orchestre du projet et conservent le contrôle médical. Nous vous tiendrons informés de l'évolution de ce dossier régulièrement. Soyez assurés que nous y défendrons les intérêts des médecins de famille et des patients.

Salutations,

DLouis Godin, Président

Fédération des médecins omnipraticiens du Québec

Le 30 janvier 2015