Soins palliatifs et intensifs à domicile (SIAD)
La FMOQ est favorable au déploiement d’équipes de soins

À l’été 2018, la FMOQ a conclu une lettre d’entente (no 336) visant à permettre le déploiement d’équipes de soins palliatifs et intensifs à domicile sur l’ensemble du territoire québécois, voire dans toutes les régions de la province. Par le fait même, une négociation spécifique a été initiée pour que nos membres médecins, qui travailleront dans de telles équipes, puissent le faire dans un cadre qui va correspondre aux besoins des patients, avec leurs particularités régionales (urbaines, semi-urbaines ou rurales).

Au moment où les premiers projets ont été présentés, au début de l’année 2019, ceux-là (sauf un) ne correspondaient pas au modèle prévu dans la lettre d’entente no 336. Dans ce contexte, accréditer ces projets aurait fait en sorte de rendre carrément impossible un déploiement qui allait couvrir, à terme, l’ensemble des régions et l’ensemble de la population du Québec. La partie ministérielle est alors légitimement retournée à la table à dessin pour définir un nouveau modèle en fonction des besoins populationnels et a, du même coup, décrété en quelque sorte un moratoire sur l’accréditation de tout nouveau groupe.  La suite est fort simple : à ce jour, malgré des sollicitations régulières et incessantes de notre part auprès des instances gouvernementales, la FMOQ demeure depuis plusieurs mois en attente d’un retour du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) par rapport à un nouveau modèle qui inclut les particularités régionales.  Et non, contrairement aux prétentions de certains, la FMOQ ne peut pas se substituer au gouvernement du Québec et accréditer, seule, des SIAD, cela ne fonctionne tout simplement pas comme ça dans la vraie vie.  Cela dit, entretemps, la FMOQ s’est toutefois assurée que les sommes prévues pour la rémunération des médecins membres d’un SIAD, sommes qu’elle a elle-même négociées, soient réservées afin d’être investies en soins palliatifs et dans les SIAD au moment où ils seront déployés. Bien que le rôle de la FMOQ soit de négocier les ententes de rémunération lors de déploiement de programmes ministériels, le gouvernement doit toujours, au bout du compte, approuver les paramètres de redistribution de ces sommes.

De plus, nous tenons à réaffirmer qu’en tant que simple syndicat professionnel qui n’est aucunement responsable de l’organisation des services de santé offerts par les établissements, notamment en soins palliatifs et intensifs à domicile, la FMOQ, conséquemment, ne peut être tenue responsable d’un quelconque retard dans le déploiement des SIAD, surtout que la Fédération a négocié une rémunération dédiée et équitable pour les médecins participants ! La responsabilité de ces retards incombe, le cas échéant, au MSSS qui ne semble pas prêt à procéder.  Dans ce contexte, affirmer, comme certains l’ont malheureusement laissé entendre, que la FMOQ pourrait « bloquer » le déploiement des SIAD est non seulement faux, mais carrément farfelu.

En conclusion, rappelons que la FMOQ et ses dirigeants souhaitent de tout cœur le déploiement d’équipes de soins palliatifs et intensifs à domicile. La FMOQ invite les médecins de famille intéressés et concernés par les enjeux liés au déploiement des SIAD à la contacter ou à communiquer avec ses représentants syndicaux régionaux pour être bien au fait de l’évolution de ce dossier. Cela pourrait éviter des interprétations erronées de la situation et la propagation d’informations tout aussi erronées dans l’espace public.