HYPOGONADISME ACQUIS :
DE LA CAUSE AU TRAITEMENT

Il y a quelques années, au moment où l’on remettait en question l’hormonothérapie chez la femme, on commençait à parler d’andropause. Plusieurs mettaient en doute ce nouveau diagnostic sous prétexte d’un manque de données probantes. On parle maintenant d’hypogonadisme acquis. Certains laboratoires indiquent encore dans leurs résultats qu’aucune donnée probante n’existe! Qu’en est-il? Cette conférence fera la lumière sur le sujet et vous aidera à mieux évaluer les patients présentant ce problème de santé.

 
 
Validation par organisme agréé : FMOQ
Nom du partenaire : Solvay Pharma 
Durée du programme : 3 heures de crédits de catégorie 1
Langue : français
Forme pédagogique : conférence interactive en petits groupes (de 10 à 25 personnes) 
Date de parution : septembre 2007
 

Équipe de conception

Dr Gilles Bellavance, urologue
Dr Claude Guimond, omnipraticien, directeur adjoint à la Formation professionnelle, FMOQ 
Dr Pierre Raîche, omnipraticien, directeur de la Formation professionnelle, FMOQ 
Mme Janie Hubert, était adjointe au directeur de la Formation professionnelle au moment de la conception de l'atelier 
Dre Nicole Audet, omnipraticienne, était rédactrice en chef du Médecin du Québec au moment de la conception de l'atelier
 

Collaborateur

Dr Jean Mailhot, endocrinologue, Président de l'Institut de ressources médicales en hypogonadisme acquis et andropause
 

Objectifs

Au terme de cette activité, l’omnipraticien pourra :
  • discuter des données probantes disponibles ;
  • reconnaître les signes et les symptômes de l’hypogonadisme acquis ;
  • établir un diagnostic différentiel ;
  • évaluer l’importance de certaines interactions médicamenteuses dans l’élaboration du plan d’évaluation et de traitement ;
  • proposer un plan de traitement ;
  • élaborer un plan de suivi du patient.
 

Renseignements

M. Robin Lauzon, Solvay Pharma, au 1 800 268-1546, poste 585
 

Pour en savoir plus

L'andropause : le point sur l'hypogonadisme acquis
Le Médecin du Québec, volume 45, numéro 3, mars 2010