PÉDIATRIE

Autisme

Troubles du spectre de l'autisme: L'efficacité des interventions de réadaptation et des traitements pharmacologiques pour les enfants de 2 à 12 ans ayant un trouble du spectre de l'autisme (TSA)

Rapport de l'INESSS publié le 20 septembre 2013

 

Troubles du spectre de l'autisme : l'évaluation clinique

Collège des médecins du Québec et Ordre des psychologues du Québec, 2012

[Extrait] L’évaluation par le médecin. Tout enfant chez qui l’on suspecte un TSA doit, à une étape ou à une autre, faire l’objet d’une évaluation par un médecin afin de déterminer le rôle possible de conditions médicales dans les signes atypiques observés. Idéalement, cette évaluation devrait être menée par des médecins de famille ayant de l’intérêt et de l’expertise en matière de TSA ou par des médecins spécialisés ou expérimentés dans les soins de l’enfant (p. ex. : les pédiatres, les pédiatres développementalistes).

 

Après avoir recueilli l’anamnèse et avoir fait ses observations, le médecin doit procéder à une évaluation médicale complète, touchant les aspects physiques et mentaux.

 

Décès subits des nourrissons

Énoncé conjoint sur le sommeil sécuritaire (2011) : Prévenir les décès subits des nourrissons au Canada, Agence de la santé publique du Canada, [Extrait] Le SMSN est défini comme le décès subit d'un nourrisson de moins d'un an qui demeure inexpliqué même après un examen approfondi du cas, y compris un examen de la scène du décès, une revue des antécédents cliniques et une autopsie complète.1 Les données probantes médicales et scientifiques considèrent le SMSN comme un désordre multifactoriel, le résultat d'une combinaison de facteurs génétiques, métaboliques et de l'environnement. 2 Des expressions telles que ‘mort subite inexpliquée du nourrisson' et ‘mort subite inattendue du nourrisson' sont utilisées pour tenter de grouper tous les décès qui peuvent être reliés à l'environnement de sommeil. Les définitions de ces expressions ne sont pas suffisamment uniformes pour être universellement acceptées...

 

Fièvre

Practice Guideline for the Management of Infants and Children 0 to 36 Months of Age With Fever Without Source (inscription gratuite requise)
American Academy of Paediatrics, 2011
[Extrait] All toxic-appearing infants and children and all febrile infants less than 28 days of age should be hospitalized for parenteral antibiotic therapy. Febrile infants 28 to 90 days of age defined at low risk by specific clinical and laboratory criteria may be managed as outpatients if close follow-up is assured. Older children with fever less than 39.0°C without source need no laboratory tests or antibiotics. Children 3 to 36 months of age with fever of 39.0°C or more and whose white blood cell count is

15000/mm3 or more should have a blood culture and be treated with antibiotics pending culture results. Urine cultures should be obtained from all boys 6 months of age or less and all girls 2 years of age or less who are treated with antibiotics...

 

Médecine du sport

L’évaluation et la prise en charge des enfants et des adolescents victimes d’une commotion liée à un sport, Société canadienne de pédiatrie, 2012
Les commotions sont des blessures sportives fréquentes, et elles sont particulièrement courantes chez les enfants et les adolescents qui participent à des sports organisés ou à des activités récréatives. Les symptômes de commotion peuvent être subtils et négligés par les athlètes, les entraîneurs et les parents. Un enfant ou un adolescent qui est victime d’une commotion devrait être immédiatement retiré du jeu et être évalué par un médecin dans les plus brefs délais. Il devrait éviter les activités physiques et cognitives pour se remettre de la commotion. Une fois les symptômes complètement résorbés au repos, l’athlète peut suivre un protocole d’effort graduel, supervisé par un médecin, avant d’obtenir l’autorisation médicale de retourner au jeu. Il est essentiel que tous ceux qui participent aux activités sportives pour les enfants et les adolescents connaissent les signes et symptômes de commotion afin qu’on puisse poser un diagnostic exact et rapide et amorcer une évaluation et une prise en charge convenables. Le présent document de principes remplace celui qui a été publié en 2006.

 

L’IRM de l’articulation tibiofémorale chez les jeunes joueurs de soccer n’ayant pas de symptômes (en anglais), American Journal of Roentgenology, avril 2010
Les résultats d’un examen par résonance magnétique du genou doivent être interprétés en lien avec les signes cliniques.

[Extrait] The knee is the joint that is most frequently injured in boys 12–15 years old who practice soccer, and MRI is an accurate method of diagnosing sports-related injuries. The objective of this cross-sectional case-control study was to evaluate the knees of asymptomatic adolescent soccer players using open MRI.

Affections nuisant à la participation au sport (en anglais)
Journal of the American Academy of Pediatrics, 2008
Énumération d’affections associées aux contraintes qu’elles posent pour la pratique d’un sport.
[Extrait] Children and adolescents with medical conditions present special issues with respect to participation in athletic activities. The pediatrician can play an important role in determining whether a child with a health condition should participate in certain sports by assessing the child's health status, suggesting appropriate equipment or modifications of sports to decrease the risk of injury, and educating the athlete, parent(s) or guardian, and coach regarding the risks of injury as they relate to the child's condition. This report updates a previous policy statement and provides information for pediatricians on sports participation for children and adolescents with medical conditions.

 

 

Obésité

Traitement de l’obésité de l’enfant et de l’adolescent
INESSS, 2011
Une équipe de l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux se penche sur les pratiques efficaces pour les jeunes.

 

Maîtrise de l’excès de poids et de l’obésité chez l’enfant et l’adolescent (en anglais)
National Guideline Clearinghouse, révisé 2010
Comparaison point par point de trois guides reconnus. Les seules divergences concernent les médicaments à utiliser et le choix des candidats à l’intervention chirurgicale.

 

TDAH

Lignes directrices canadiennes sur le TDAH
Canadian ADHD Resource Alliance (CADDRA), 2011
[Extrait] Les cinq paliers du traitement holistique :
Le TDAH est un trouble chronique qui requiert une intervention planifiée à long terme. Celle-ci doit prévoir des contacts réguliers avec le patient et la famille relativement aux progrès et aux résultats. Le médecin de famille, le pédiatre et le pédopsychiatre (dans le cas d’enfants et d’adolescents) ou le psychiatre (dans le cas d’adultes) sont les intervenants professionnels clés. Le traitement doit être multimodal, il n'existe aucun traitement pour le TDAH (y compris les médicaments) qui peut assurer à lui seul de bons résultats à long terme.

  1. Sensibilisation adéquate du patient et de sa famille
  2.  Interventions relatives au comportement ou au travail
  3. Traitement psychologique
  4. Adaptations ou accommodements scolaires
  5. Traitement médical (comme moyen de faciliter les autres interventions)

 

Autres

Utilisation d’antibactériens pendant la grossesse et risque d’anomalies congénitales (en anglais)
Pediatrics and Adolescent Medicine, 2009
L’étude National Birth Defects Prevention a constaté que des antibiotiques couramment utilisés chez les femmes enceintes (pénicilline, érythromycine, céphalosporines) ne sont pratiquement pas associés à des anomalies  congénitales. Par contre, les sulfamides et la nitrofurantoïne présentent un peu plus de risques.

  

Guide posologique des antibiotiques courants chez l’enfant