APSS : conclusions après analyse des formulaires envoyés aux CRDS
et recommandations pour un meilleur traitement des demandes

La catégorie « autre condition » 

Tel que nous l'avons mentionné précédemment, l’utilisation de la catégorie « autre condition » (45 % des demandes) par les médecins de famille nécessite l’intervention du spécialiste répondant. Cette situation ne peut être soutenue à long terme sans compromettre le projet dans son ensemble.

L'analyse statistique de quelque 527 194 formulaires nous permet de comprendre les raisons de l’utilisation de cette catégorie. Pour l’ensemble des spécialités, la catégorie « autre condition » comporte des diagnostics figurant à la liste des diagnostics ou conditions déjà codifiées et pour lesquelles le médecin de famille désire modifier la priorité. Avant le déploiement du projet, il était de coutume pour le médecin référent de discuter avec le médecin spécialiste. Il nous semble donc paradoxal, d’une part, d’établir un consensus sur l’échelle de priorité clinique s’appuyant sur des données probantes et, d’autre part, de permettre la modification de cette priorité.  Si, pour une raison particulière, la priorité devait être modifiée, le médecin de famille devrait s’adresser au spécialiste de garde concerné.

Les motifs de consultation

Par ailleurs, l’énumération de symptômes comme motifs de consultation rend la priorisation du médecin répondant très difficile et préjudiciable au patient. De tels motifs de consultation seront dorénavant jugés non conformes et retournés au médecin de famille référent qui a la responsabilité minimale d’émettre une hypothèse diagnostique et d’exprimer clairement le motif de la consultation. Les renseignements cliniques pertinents seront désormais obligatoires.

Les rapports d'analyses 

Nous vous demandons de spécifier si les analyses sont présentes au DSQ de façon à amener les spécialistes à recourir au DSQ pour les consulter. Nous croyons qu'Il est de la responsabilité du médecin spécialiste d’aller consulter le DSQ pour obtenir les informations nécessaires. Cette politique n'étant pas encore entérinée, il se peut qu'on vous demande encore de joindre les résultats d'analyses. Nous réitérons aussi le fait que chaque CRDS a la responsabilité d’organiser l’accès aux plateaux techniques préalables à la consultation.

Enfin, nous avons commencé la révision des formulaires qui se poursuivra au cours des prochains mois. Cette étape est nécessaire avant le déploiement du projet pour les autres spécialités.

Je vous remercie de vos commentaires et continue à en assurer la transmission au Ministère.

Dre Julie Lalancette, directrice adjointe, Planification et régionalisation, FMOQ